jeudi 3 mars 2016

Kokoro, Delphine ROUX



Quatrième de couverture :

Seki pense que j'ai l'âge mental d'un gosse de dix ans, tout au plus, qu'il faudrait que je pense à grandir, à agir en homme.
Le mot homme a peut-être été inventé pour d'autres que moi.
Il ne fait pas partie de mon dictionnaire intime.
Dans ce roman se fait entendre une voix ténue et obstinée, attentive aux mouvements subtils de la nature et des âmes.
Koichi et sa sœur Seki n’avaient que douze et quinze ans lorsque leurs parents ont disparu dans un incendie. Depuis, ils ont le cœur en hiver.
Seki s’est réfugiée dans la maîtrise et la réussite professionnelle. Corset diaphane à l'abdomen, stalagmites au coeur. Le début de l'ère glaciaire.
Koichi, lui, s’est absenté du monde, qu’il regarde en proximité.
Mais le jour où il apprend que sa sœur va mal, très mal, Koichi se réveille et pose enfin les actes qui permettront à chacun de renouer avec un bonheur enfoui depuis l’enfance.

126 pages, Éditions Philippe Picquier, août 2015



Ce que j'ai pensé de cette lecture :

Le narrateur de cet ouvrage est Koichi, un homme qui pense et agit un peu comme un enfant. Il prend les choses telles qu’elles viennent, avec beaucoup de candeur. Sa sœur, Seki, lui reproche son immaturité et son manque d’ambition. Il est en total décalage avec sa société, mais n’est pas malheureux pour autant. Il mène sa vie à sa façon. Jeune adolescent alors que ses parents sont décédés dans l’incendie accidentel d’un théâtre, il a gardé une certaine fragilité de ce traumatisme. Ce sont des morceaux de son existence que nous allons découvrir dans Kokoro. Chaque chapitre, qui fait rarement plus d’une ou deux pages, commence par un mot en japonais qui est traduit en français, et autour de ce terme, Koichi va nous relater une anecdote, un souvenir, ou développer une réflexion…

J’ai été très déboussolée par la lecture de ce livre. En effet, loin des romans traditionnels, il n’y a pas d’histoire à proprement parler dans ce récit – du moins, c’est de cette façon que je l’ai ressenti. Il y a très peu voire pas d’action dans Kokoro, des paroles rapportées, mais aucun dialogue. Il est question de sa grand-mère, de sa sœur, de son père, de sa mère, de l’amour familial, du manque. 

Ce que Delphine Roux développe le plus ici est la relation entre Koichi et sa grand-mère, qui est dans une maison de retraite. Cependant, elle ne parle plus, ce qui rend la communication difficile. Néanmoins, il éprouve une réelle tendresse et fera tout pour cette vieille femme. N’ayant ni épouse ni enfant, et pas vraiment d’ami, il lui consacre une grande partie de son temps libre lorsqu’il ne travaille pas à la bibliothèque. Il tentera de la protéger, de l’aider, de la faire sourire et d’apporter un petit rayon de ciel bleu dans son quotidien.

Malheureusement, il n’y a pas vraiment de fil conducteur, et j’ai oscillé entre curiosité au début de ma lecture, puisque nous sommes dans un type d’écriture assez particulier, puis frustration de ne finalement rien voir venir. J’ai l’impression d’avoir entraperçu un récit, des personnages, mais de les avoir seulement entrevus. Pourtant, la plume de l’auteure est très belle, toute en douceur et en délicatesse. Néanmoins, ce ne fut pas suffisant pour me convaincre, et je dois reconnaître que si cet ouvrage n’avait pas été aussi court, je ne suis pas sûre que je serais parvenue à aller jusqu’au bout.

Kokoro fut une lecture commune avec Kreen, et je vous invite à aller découvrir son avis.


14 commentaires:

  1. Pas trop le genre de livre que j'aime lire :( Alors si en plus tu es déçue, je ne tenterai pas !

    RépondreSupprimer
  2. Dommage la 4e de couverture etait interessante'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, c'est pourquoi il m'avait fait envie.

      Supprimer
  3. Aaaargh, dommage que tu ressortes déçue de ta lecture... :/

    RépondreSupprimer
  4. Bof bof hein... Pas fait pour moi, et pourtant je croyais vraiment m'adapter à ce style. Mais trop plat, et surtout trop court pour avoir le temps d'apprécier. Merci pour la LC ! La prochaine sera meilleure :) Ce sera La maladroite n'est-ce pas ;)

    RépondreSupprimer
  5. J'espère que ta prochaine lecture te plaira plus :)

    RépondreSupprimer
  6. Je n'aime pas quand il n'y a pas de fil conducteur donc ce n'est pas un livre pour moi ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour une fois que je n'allonge pas ta wish list ;)

      Supprimer
  7. Il est dans ma PAL celui la ! J'adore tout ce qui tourne autour du Japon et l'écriture des auteurs japonais me touche beaucoup car c'est à chaque fous très doux et poétique. J'espère quand même apprécier celui la !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite de l'apprécier plus que moi !

      Supprimer

Merci pour votre commentaire :-)